Parc National de Nouabale-Ndoki

Le Parc National Nouabalé-Ndoki (PNNN) est le fruit de la coopération entre Gouvernement congolais et l’ONG américaine Wildlife Conservation Socity (WCS) qui a pris corps en 1991. Crée par décret n°2012-396 du 23 avril 2012, sa superficie est de 423.870 ha. Le PNNN est situé entre les départements de la Sangha et de la Likouala.

Le Parc regorge une faune riche et variée, constituée entre autres de : l’éléphant, le bongo, le gorille, le chimpanzé, l’hylochère, le sitatunga.

En dépit de l’important potentiel dont il dispose, cette activité est encore dans une phase embryonnaire et expérimentale. Des négociations sont en cours avec CCC en vue de lancer une activité touristique d’envergure à l’image du PNOK.

Faune

Il existe de nombreux types d'espèces vivant dans le parc. La National Geographic Society a observé que le parc peut avoir la plus grande concentration de vie sauvage par mile carré de n'importe quel endroit en Afrique. Les espèces les plus importantes sont les primates. Il y a des singes colobes (colobe noir et blanc, colobe rouge), les gorilles des plaines en voie de disparition, les chimpanzés et les singes guenon à moustaches. Le parc accueille plus de 300 espèces d'oiseaux différentes. Certaines des espèces importantes sont les aigles, les faucons, les hiboux, les vautours charognards et les échassiers. Il y a aussi le rare éléphant de forêt d'Afrique, le buffle de forêt, le léopard, le bongo et le céphalophe bleu. Les crocodiles et les insectes suceurs de sang font également partie des espèces de la forêt. Des études sur l'herpétofaune ont été menées dans quatre zones spécifiques du parc. Ces études ont établi 20 espèces d'amphibiens et 14 espèces de reptiles à la limite sud du parc; parmi celles-ci, les espèces de grenouilles sont Aubria masako, Amietophrynus regularis, Cryptothylax greshoffii, Hyperolius balfouri, H. brachiofasciatus, Leptopelis brevirostris et L. calcaratus meridionalis.

Des perroquets sont également vus dans la zone du parc. Les éléphants de forêt créent de l'espace en défrichant la forêt pour que d'autres animaux puissent se déplacer. Les antilopes à cornes de 12 lb (5,4 kg) dépassent le nombre de 100 par 1 km2 (0,39 mille carré). Selon une légende pygmée, un reptile à long cou basé au Congo, connu sous le nom de Mokele-mbembe, a tué des éléphants avec son énorme corne frontale.

Mbeli Bai est une zone spécifique de 3 km2 (1,2 mile carré) dans le parc qui est particulièrement riche en gorilles, avec 180 gorilles des plaines occidentales signalés ici. Il contient également de nombreuses espèces de singes, et neuf d'entre eux ont une densité de population de 50 pour 1 km2 (0,39 mile carré). Les espèces de singes trouvées ici sont le colobe noir et blanc et rouge, le guenon moustachu et couronné, le mangabey à joues grises et bien d'autres.

Flore


Les arbres et les plantes s'épanouissent dans ce climat. Le parc national de Nouable-Ndoki est une forêt tropicale très luxuriante. Il abrite 24 types distincts de végétation. Cependant, la végétation dominante est composée de Gilbertiodendron dewervei (G. dewevevri dans la région des hautes terres et loin des cours d'eau dans de vastes zones ; les forêts mixtes et marécageuses sont également une caractéristique. La forêt a de nombreux "bais" signifiant "zones défrichées". Plus de 1000 différentes espèces de plantes et d'arbres ont été identifiées.  G. dewevevri est une culture de graines supra-annuelle et on « pense que la fructification du mât peut avoir eu lieu pour lutter contre la production de graines par satiété des prédateurs ». "79% de ses tiges dépassent 10 cm à hauteur de poitrine et 88% de la surface terrière." Ces graines sont détruites par les coléoptères. Cependant, elles constituent la principale source de nourriture pour un grand nombre de mammifères tels que les rongeurs, les céphalophes (cephelophus spp. .), des cochons (Putamoechoerus porcus et hylochoerus meinertzhagen), des buffles (Syncerus caffer), des éléphants et surtout des gorilles.